«app(s)» ou «appli(s

Avec l’avénement des smartphones et autres iPhone, de nouveaux mots se font une place au soleil, repris de l’anglais pour la plupart et «app»rêtés à différentes sauces.

Un exemple: une app, que l’on peut acheter dans un app store.

C’est le substantif que j’emploie couramment. Il est en concurrence avec «appli», courant dans les magazines français et adopté comme diminutif d’«application» par certaines banques sur leurs sites web.

Je ne trouve pas ce diminutif particulièrement élégant, ni du reste dans le Larousse (je n’ai pas regardé dans le Petit Robert), ça me rappelle Vreneli et Joggeli. Je viens de tomber en arrêt sur ce slogan qui me conforte dans mon opinion et qui a le mérite de décanter la situation:

Avec «Appli», ça nous aurait donné «Appli»quez-vous à voyager» ou le marketing aurait trouvé autre chose, et l’adresse Internet bien évidemment mobile-appli… Mais pourquoi donc toujours chercher midi à quatorze heures?