La bande dessinée

Aussi loin que je me souvienne, la bande dessinée m’aura toujours passionné. Un art mineur de la littérature illustrée, certes, mais combien créatif. Certains diront: «Y’a comme un phylactère!»

Voici d’abord un dessin de Gary Larson, que j’ai traduit de l’allemand. Il ne «traduit» pas nécessairement mes sentiments envers la musique:

Bibi Fricotin, l’une de mes premières bandes dessinées favorites, après Tintin, Black et Mortimer, Jo, Zette et Jocko, Spirou, Les Pieds Nickelés, Bicot, Quick et Flupke, entre autres . Ma passion a commencé à Évionnaz pour la BD, avec Black et Mortimer (La Marque Jaune). Le fils du concierge de St-Maurice m’en avait refilé un en 1956.
Je préciserai toutefois ne plus en avoir lu un seul de ces bouquins depuis des années. Je les réserve pour une hypothétique retraite, sans doute. Je donne volontiers dans la démesure. Papa lopec nous a amené le premier Tintin à St-Maurice, peut-être Tintin au Tibet. Hergé était un sacré visionnaire avec son voyage sur la Lune..