La musique

J’en aurai fait de la musique dans ma vie. Cela a commencé au berceau et finira à l’EMS.

Blague mise à part, 24 ans de fanfare, dont 10 ans passés dans la Musikgesellschaft Worben et également dans sa Buremusig Worben, et 10 ans à L’Agaunoise de Saint-Maurice, de festivals en festivals et en parallèle 18 années d’orchestre de danse (Les Pixies [avec Roland Wipfli (batterie), Savary (chant, papipeigne), Terretaz (chant), Christian Délez (accordéon) et consorts], The Meteor’s Band [avec Jean-Claude Moix (basse), Charly (orgue) et Dado (batterie) Darioly, Jérôme Veuthey (guitare, chant)], Les Elites de Fully [7 musiciens dont Bertrand (basse) et Samuel Carron (batterie, chant), Pierrot Roduit (guitare, saxophone, chant), Roger Besse (guitare, trombone), Gilbert Bender (trompette), Michel Roduit (accordéon); définitivement les plus beaux moments de ma «carrière» musicale], Les Jo Perrier [dont Jean-Michel Germanier (flûte, guitare, sax), Bruchez, Jaffy (basse), Le Chat (guitare), Jérôme Veuthey (batterie et chant), Trio Rocade [avec Pierrot Roduit et Samuel Carron], The Bankers [avec Urs Frei (guitare, batterie) et Paul Etter (sax, clarinette); là, ça frisait le pro], Duo Paoletto de Berne, Orchestre Manta de Berne [avec Heinz (basse, Roland (guitare) et un autre, batteur, dont j’ai oublié le nom], Intemporel [moi tout seul en haut à Mex] et nous refermons la parenthèse), équipementier de Middlesize, sonorisation avec plus ou moins de bonheur des Tréteaux du Parvis ou encore de l’Agaunoise à l’Abbaye lors des concerts de Noël, ça use.
Mon constat aujourd’hui: quelque part, le goût de la musique a pris le large chez moi. Les temps passent et je porte mon intérêt ailleurs. Diable, je suis tout de même de 1947 et plus fossile que ça, tu meurs! Je n’ai pas pour autant pendu la guitare au clou. Je me «commets» encore 3 fois par année avec l’euphonium, lors des sorties (Nouvel-An, Carna, sortie d’automne) avec Les Papys:

A Worben, à l’époque, en 1992, j’étais encore jeune et beau:

Ma fille Jasmine m’a suivi sur les rangs. C’est la croaille au premier rang, tout en bas à gauche avec le cornet:

Je reste avec une insolente collection d’instruments en tous genres, mais je n’excelle dans aucun en particulier: accordéons, bandonéon, guitares, claviers, Hammond B3, le vrai (ci-dessous), amplis, tables de mixage, boîtes à effet, chambres d’écho.

Alors, donnez-moi l’envie d’avoir l’envie, comme le chantait si bien Johnny.

Au passage, admirez la tapisserie rétro de ma chambre(tte), datant de 1960. L’orgue lui-même en a 65, un son génial, incontournable et difficilement imitable aujourd’hui encore.

The Bankers avec Urs Frei et Paul Etter

Les Copains avec Freddy Möckli

Duo Walter & Denis avec Walter Leiser

Conditions pour faire de la musique: du bon matos, un local, le goût de la scène, et surtout des tonnes d’illusions.